Point santé : le coryza chez le chat

Point santé : le coryza chez le chat

C'est une affection malheureusement fréquente et très contagieuse chez nos chats, qui n'est pas à prendre à la légère. Si vous pensez que votre petit compagnon est souffrant, il est impératif de le conduire chez votre vétérinaire, car lui seul pourra l'examiner et établir un diagnostic par la suite.

Le coryza chez le chat, c'est quoi ?

Le coryza chez le chat est une affection des voies respiratoires hautes. Il est causé par l'infection, simultanée ou non, de différents agents pathogènes, virus et bactéries. Il peut s'agir de l'Herpesvirus Félin de type 1 (FHV), du Calicivirus Félin (FCV), du Réovirus et des bactéries suivantes : Chlamydophila Felis, Bordetella bronchiseptica, Mycoplasma, Staphylococcus, Escherichia.

Le Calicivirus Félin (FCV) est un virus qui a pour cible les cellules qui tapissent les appareils respiratoire et digestif. Il subit de nombreuses mutations, qui par la suite entrainent la création de souches, dont la virulence varie. Le FCV cause, à lui seul, un coryza bénin qui se traduit par une stomatite (inflammation de la muqueuse buccale) et un écoulement nasal.

L'herpesvirus de type 1 (FHV) est le virus de rhino-trachéite infectieuse féline. Il atteint particulièrement le tissu formé de cellules qui tapisse l'appareil respiratoire et oculaire. Une particularité du FHV : il persiste dans les ganglions nerveux, et peut donc réapparaître au cours de la vie de nos chats. Le stress ou une immunodépression peuvent par exemple entraîner la réactivation du virus.

Le Réovirus, est un agent pathogène qui est relativement moins important que le FCV et le FHV. Il donnera à lui-seul, un coryza avec une atteinte oculaire et respiratoire.

Chamydophila felis est une bactérie qui va provoquer majoritairement une conjonctivite et des lésions de la muqueuse nasale. 

Les autres bactéries citées plus haut, Bordetella bronchisepticaMycoplasmaStaphylococcusEscherichia, peuvent être présentes, en particulier lors d'une infection secondaire.

La transmission du coryza

Chez nos chats, la transmission du coryza se fait par contact direct ou indirect. Comme on l'a expliqué un peu plus haut, c'est un virus très contagieux et résistant.

On se rend compte qu'il existe des facteurs de risque : les chats soumis à des situations stressantes (déménagement, arrivée d'un nouvel animal à la maison...) sont plus susceptibles d'être infectés. Parmi les sujets à risque, il y a aussi les chats qui vivent dans les élevages et les refuges, les chatons âgés de 2 à 12 semaines, et les chats porteurs du virus d'immunodéficience féline FIV.

Les symptômes du coryza :

Les bactéries et les virus responsables du coryza vont générer chacun des effets et des symptômes différents. Chez un chat atteint de coryza, on peut remarquer :

  • des troubles respiratoires dus, soit à l'herpesvirus félin, soit au calicivirus félin.
  • une rhinite (le nez coule), du à l'herpesvirus félin.
  • des troubles oculaires, une conjonctivite (les yeux sont rouges) avec des écoulements séreux (le liquide qui coule n'est pas clair) et purulents. Les lésions oculaires peuvent être plus graves, avec par exemple, des ulcères de la cornées.
  • des ulcères de la langue et du palais, dus au calicivirus félin
  • des stomatites et des gingivites chroniques causées par le calicivirus également
  • L'anosmie (perte d'odorat) et les ulcères provoqués par le coryza, pourront également entraîner une perte d'appétit ou des difficultés à s'alimenter chez nos chats allant parfois jusqu'à l'anorexie.

Des formes encore plus graves, dites hypervirulentes, sont également possibles avec fièvres, œdèmes et jaunisse. Sous cette forme, la mortalité peut atteindre 67%

le coryza chez le chat

Comment on le traite ?

Seul un vétérinaire pourra vous prescrire un traitement, après avoir réalisé un diagnostic, et vous aiguiller dans la conduite à tenir. Si votre chat souffre de coryza, il aura besoin de recevoir ce que l'on appelle des soins de confort, ainsi que des traitements adaptés en fonction des symptômes.

En fonction des cas, il pourra s'agir de soins oculaires, de soins buccaux et de soins de confort. Les soins de confort sont essentiels dans la gestion du coryza, en particulier le nettoyage des sécrétions, les inhalations et la nutrition. La nutrition est un point important que l'on ne doit pas négliger, notamment si votre chat est atteint de lésions buccales, de perte d'odorat ou d'hyperthermie. Il ne faudra donc pas hésiter à présenter à votre chat une alimentation appétente que vous aurez au préalable mixée ou un petit peu réchauffée. Si malgré tout votre chat refuse de s'alimenter, le vétérinaire pourra envisager de lui poser une sonde d'alimentation entérale (par l'intermédiaire du tube digestif).

Il est également important de confiner son petit compagnon pour éviter toute contagion avec d'autres chats.

Une fois les soins de confort instaurés, un traitement antiviral pourra être mis en place. Pour les cas plus sévères, l'administration d'antibiotiques pendant 8 à 10 jours en moyenne vous sera vivement conseillée. À noter, qu'actuellement il n'existe malheureusement pas de traitement permettant d'éliminer en intégralité les virus responsables du coryza dans l'organisme.

Le coryza est une pathologie frustrante aussi bien pour la famille du chat malade, que pour les vétérinaires. Plusieurs facteurs y contribuent : les nombreuses causes du coryza chronique, le caractère non guérissable, la chronicité, la difficulté que les familles rencontrent à administrer le traitement à leur chat, et la présence possible de plusieurs chats au sein du foyer.

Mon chat ne sort pas, est-ce qu'il est utile de le vacciner contre le coryza ?

La prévention contre le coryza est tout à fait possible grâce à la vaccination. On conseille de faire vacciner son chat, même s'il n'a pas accès à l'extérieur, au moins contre la panleucopénie féline et le coryza. Ces deux virus sont particulièrement résistants, et ils peuvent être introduits de manière indirecte dans votre maison (par les chaussures, les sacs, les vêtements etc...).

Les vaccins contre le coryza contiennent tous au moins une valence (c'est la partie du vaccin qui correspond à la protection contre un germe unique), contre l'herpesvirus félin et une valence contre le calicivirus félin. Ce dernier est aussi un virus particulièrement résistant dans le milieu extérieur et il peut donc être ramené indirectement au contact de votre chat, même si ce dernier n'a pas de contact avec ses congénères.

Vous avez trouvé cet article intéressant ? N'hésitez pas à lire : Pourquoi mon chat boit plus d'eau que d'habitude.