Mon chat a le nez qui coule : pourquoi et que faire ?

Depuis quelques jours, votre petit chat a le nez qui coule. Tout comme nous, nos moustachus adorés peuvent avoir la truffe qui coule, avoir une sorte de rhume. Bien que sans gravité pour l’Homme, ce symptôme ne doit cependant pas être pris à la légère chez nos chats.

chat nez qui coule allongé sur un plaid - Mon chat a le nez qui coule : pourquoi et que faire ?

Mon chat a le nez qui coule : faut-il s’inquiéter ?

Le nez qui coule, les yeux brillants, la voix de canard… Nous avons tous eu un jour un rhume (aussi appelé rhinite), cette affection virale qui nous empêche de dormir et qui nous coûte cher en mouchoirs - parce que oui, pas question de prendre le papier toilette pour nos narines délicates. Chez nos chats, le nez qui coule est tout aussi fréquent, mais contrairement à nous, ce symptôme doit être surveillé de près, car il est souvent le signe évocateur d’une affection plus sérieuse.

Quand l’écoulement nasal est abondant et dure plusieurs jours

Notez avant tout que la truffe du chat est de manière naturelle légèrement humide, surtout quand il ne dort pas.  Cette caractéristique lui permet de capter les odeurs, car les molécules odorantes sont plus facilement attirées par une paroi humide. Cette humidité est due à la sécrétion imperceptible d’écoulement nasal et de salive. Ne vous inquiétez pas si son nez est donc légèrement moite. En revanche, si minou a le nez qui coule depuis plusieurs jours, cela n’est pas normal. 

Si votre petit compagnon a le nez qui coule, observez tout d’abord le liquide qui sort de sa truffe. On distingue chez nos poilus plusieurs types de sécrétions nasales. Celles-ci peuvent avoir une couleur et une texture différentes. Elles peuvent être : 

- Transparentes comme de l’eau. On appelle cela des écoulements séreux. 

- Claires et visqueuses comme la morve des bébés. On parle ici d’écoulements muqueux.

- Visqueuses avec du pus d’une couleur jaunâtre à verdâtre. Il s’agit d’écoulements mucopurulents. La présence de pus est caractéristique d’une surinfection bactérienne.

- Teintées de sang. Ce sont des écoulements hémorragiques qui peuvent signifier la présence d’un corps étranger dans la cavité nasale, une infection ou encore une tumeur. Par corps étranger, on peut entendre des épines de pin, des brins d’herbe ou bien des fils de laine qui se seraient logés dans sa cavité nasale. Eh oui, ça peut arriver !  

Plus l’aspect des écoulements nasaux est étrange, plus cela doit vous alerter. Un rendez-vous chez le vétérinaire est donc primordial. Cela dit, les écoulements séreux et muqueux ne sont pas non plus anodins, surtout s’ils sont accompagnés d’autres symptômes comme  une perte d’appétit, une respiration difficile, des éternuements répétés, de la fièvre, des yeux larmoyants (conjonctivite), une apathie, etc. 

Quel que soit l’état de votre petit chat, consultez votre vétérinaire ! Bien sûr, notez que si votre moustachu a une petite goutte au nez, ce n’est pas bien grave. Il a pu renifler un peu de poussière par exemple. Le nez qui coule chez le chat devient inquiétant lorsqu’il dure plus de trois jours et que d’autres symptômes sont associés

Mon chat a le nez qui coule, quelles en sont les causes ?

Le nez qui coule chez le chat peut avoir plusieurs causes.

Le coryza

Nez qui coule, éternuements, yeux larmoyants, tous ces symptômes évoquent le rhume. Mais chez le chat, ce qui est souvent perçu comme un petit rhume peut être le coryza, une affection des voies respiratoires hautes que l’on appelle aussi la “grippe du chat”. La plupart des cas de coryza sont dus au calicivirus félin (FCV) ou à l’herpèsvirus félin (FHV), les deux principaux agents. Très contagieuse, cette affection est transmise par des animaux malades, mais peut l’être aussi par des porteurs sains. 

Comme expliqué dans notre article sur le coryza chez le chat, les symptômes incluent des troubles respiratoires, de la fièvre, un larmoiement, une respiration la bouche ouverte ou un fort mal de gorge entraînant perte d’appétit, déshydratation et léthargie, mais aussi un écoulement au niveau du nez (rhinite) qui peut devenir purulent en cas de surinfection bactérienne et créer des croûtes gênant la respiration du chat. 

Le FCV peut également causer des ulcères de la langue et du palais et le FHV des ulcères de la cornée et une conjonctivite (les yeux sont rouges) avec des écoulements parfois purulents. Sans soins apportés, les sécrétions oculaires peuvent sécher et empêcher minou d’ouvrir les yeux.

Le coryza touche principalement les chatons âgés de 2 à 12 semaines, les chats porteurs du virus d’immunodéficience féline FIV ainsi que les chats vivant dans les refuges.

La chlamydiose

Le nez qui coule chez le chat peut également être d’origine bactérienne et être un des symptômes de la chlamydiose, une infection bactérienne due à Chlamydophila felis. Cette maladie aussi très contagieuse touche les voies respiratoires et la sphère oculaire du chat.

Chez les chats atteints, la conjonctivite est prédominante, mais ce symptôme s’associe souvent à des écoulements nasaux, d’abord clairs puis purulents, une fièvre, des éternuements, des larmes aussi purulentes, et une très forte fatigue. La chlamydiose féline se transmet de chat à chat, mais aussi de chat à homme. Elle peut être une complication du coryza. Ici aussi, la vaccination est essentielle ; en règle générale, le vaccin contre la chlamydiose féline est administré en même temps que celui du coryza.

Une rhinite allergique

Le coryza est souvent pointé du doigt, mais une allergie peut également être responsable de son écoulement nasal. Votre petit chat peut être allergique à diverses choses comme le pollen, un produit ménager que vous utilisez, des huiles essentielles que vous diffusez dans vos pièces ou encore à la poussière. Généralement, en cas d’allergie, le nez qui coule s’accompagne d'éternuements. 

Notez que les litières minérales, qui sont composées de minéraux argileux ou de sable, sont très poussiéreuses, et certains chats (surtout ceux ayant déjà des problèmes respiratoires) peuvent mal supporter les particules émises lors de chaque passage dans le bac à litière.

Si vous cherchez la litière idéale pour votre chat, on vous partage tous nos conseils pour choisir la meilleure litière pour votre chat.

Un corps étranger

Nous l’avons évoqué un peu plus haut dans cet article ; si votre chat a le nez qui coule, il peut aussi avoir un corps étranger coincé dans une de ses narines. 

Les chats, et surtout les chatons, aiment mettre leur truffe partout. Ils sentent, reniflent toutes les surfaces qu’ils croisent. Et parfois, il arrive que des petits éléments viennent se mettre dans leur nez. Des corps étrangers qui obstruent leur cavité nasale et provoquent des écoulements. Par corps étrangers, on entend par exemple des épines, des épillets, des brins d’herbe ou bien des mini bout de laine de votre pull ou plaid. Eh oui, ça peut arriver !

Un problème dentaire

Un problème dentaire peut également être à l'origine de son nez qui coule. Lorsqu’il y a une infection sur une dent de la mâchoire supérieure, celle-ci peut toucher les sinus qui sont proches de la racine des dents.

N’hésitez pas à consulter notre article : pourquoi et comment prendre soin des dents de son chat.

Une tumeur nasale ou un cancer

Enfin, dans de très rares cas, un chat qui a le nez qui coule (écoulements séro-muqueux) peut avoir des polypes, des excroissances situées sur la muqueuse qui tapisse les sinus nasaux ou bien un cancer (lymphome nasopharyngien). Bien souvent, l'écoulement nasal apparaît par un seul orifice et est teinté de sang.

D’autres causes peuvent expliquer l’écoulement nasal chez votre chat. On compte aussi la Cryptococcose, une maladie fongique due à un champignon, Cryptococcus sp. Mais cette infection se retrouve surtout dans les régions chaudes et humides. 

Cette liste (non exhaustive) de causes peut inquiéter, mais gardez en tête qu’un chat qui a le nez qui coule depuis plusieurs jours et qui n’est pas du tout dans son assiette - ou plutôt sa gamelle - n’est pas anodin, d’où l’importance de bien surveiller votre petit chat et de consulter votre vétérinaire au moindre doute. 

Vous êtes le papa ou la maman de votre bébé à quatre pattes, et en tant que parent, vous savez au plus profond de vous que quelque chose ne va pas. Prenez rendez-vous chez votre vétérinaire, et ce, même s’il n’y avait pas de quoi s’affoler. Ce qui est le cas dans la majeure partie des cas, on vous rassure 😽

Mon chat a le nez qui coule, que faire ?

Un rendez-vous chez le vétérinaire

On se répète un peu, mais si votre chat a le nez qui coule depuis plusieurs jours, consultez votre vétérinaire. Il examinera votre boule de poils, effectuera si besoin des examens pour déterminer l’origine de son écoulement nasal et il vous prescrira le traitement adapté. 

Des soins et beaucoup de câlins

À la maison, vous pouvez soulager votre chat en lui nettoyant régulièrement le nez et les yeux avec du sérum physiologique ou avec de l’eau claire. Pensez à vous laver les mains avant et après chaque nettoyage. S’il s’agit du coryza, l’infection peut se propager. Et bien sûr, prenez soin de votre petite boule de poils, avec beaucoup d’amour et de câlins. Mais ça, vous le faites déjà. Attention toutefois à ne pas trop l’embêter. 

Du repos et au chaud !

Le meilleur remède pour nos moustachus malades, c’est le repos. Pour ça, on peut leur faire confiance, ce sont les rois de la sieste ! Si votre chat a accès à l’extérieur, tentez de le garder dans votre maison le temps de sa guérison. En cas de coryza, il ne faudra pas qu’il infecte non plus les autres chats du quartier.

Une alimentation de qualité

On ne cessera jamais de le dire : un chat en bonne santé est un chat bien nourri ! Chez nos moustachus, l’alimentation joue un rôle fondamental sur leur organisme, celui-ci ayant besoin de se défendre contre les germes et bactéries.

Dans leur nourriture, nos chats adorés doivent notamment retrouver des protéines de qualité, sources d’acides aminés participant au bon fonctionnement de leur organisme (immunité, croissance, digestion, reproduction) et à leur structure (os, peau, muscles, poils). Sans protéines animales, et donc sans ces acides aminés - nos chats auraient des carences sévères. Une carence en taurine a notamment pour conséquence une altération de la fonction immunitaire. 

Pour être en bonne santé, nos petits compagnons doivent également retrouver dans leur nourriture des lipides (acides gras essentiels), des minéraux (calcium, phosphore, magnésium, potassium, sodium, etc.), quelques fibres et des vitamines (surtout du groupe B).

Chez Ziggy, nos recettes contiennent tous les nutriments dont nos chats ont besoin pour être bien dans leurs pattes. Formulées par notre vétérinaire nutritionniste, le Dr Géraldine Blanchard, elles contiennent du muscle et des abats nobles d’une grande richesse nutritionnelle, des lipides, des vitamines, des minéraux en juste quantité et un peu de fibres pour leur transit intestinal. Des fibres apportées notamment par les légumes.

Une nourriture appétente

Une alimentation qualitative est fondamentale, mais celle-ci doit aussi être appétente. Et pour cause, le nez qui coule s’accompagne souvent d’une perte d’odorat et par conséquent d’une perte d’appétit. 

Chez nos chats, le critère olfactif est déterminant dans l’acceptation de la nourriture, ils reniflent leur gamelle avant de déguster leurs croquettes et/ou leur pâtée.

Attention toutefois ; beaucoup d’industriels ajoutent des additifs et des exhausteurs de goût pour augmenter l'appétence de leurs produits. Et ceux-ci n’apportent pas grand-chose, voire rien du tout d’un point de vue nutritionnel.

Chez Ziggy, nous avons fait le choix d’ajouter dans certaines de nos recettes de l’huile de poisson qui, en plus de rendre nos aliments appétents, apporte des bons acides gras (oméga 3 et 6), ceux-ci permettant à nos petits chats d’avoir une peau et un poil en bonne santé. Nous y avons également ajouté du thym, une plante aromatique qui augmente l’appétence de nos aliments. 

Les chats de la Ziggy Family raffolent de nos délicieuses croquettes et pâtées. Si vous ne nous croyez pas, demandez-leur leur avis 😺

avis croquettes et pâtées chat Ziggy - Mon chat a le nez qui coule : pourquoi et que faire ?

Conseil : si votre chat rechigne à manger, n'hésitez pas à  réchauffer sa pâtée en y ajoutant une petite cuillère d’eau tiède. Vous pouvez également mettre un peu de jus de thon. 

Une bonne hydratation

Pensez également à ce que votre petit chat reste bien hydraté. Multiplier les points d’eau afin qu’il puisse boire et privilégiez la pâtée. Bien que l’on ait souvent l’impression que nos chats s’hydratent suffisamment en buvant dans leur gamelle, ils comblent en réalité difficilement leur besoin hydrique, en particulier s’ils mangent uniquement une alimentation sèche (des croquettes).

L’un des avantages de la pâtée est qu’elle est très riche en eau. Nos chats consomment ainsi de l’eau, sans s’en rendre compte. 

Voir cette pâtée
Voir cette pâtée

Les bons gestes au quotidien pour préserver la truffe de son chat

Outre une bonne alimentation, quelques règles à respecter : 

- Éviter d'utiliser des parfums ou huiles essentielles pour parfumer votre maison

- Attention au chauffage qui rend l’air plus sec et qui peut entraîner un dessèchement de la muqueuse olfactive, puis une déficience immunitaire et un “rhume”.

- Ne pas fumer devant ou à côté de minou. Un chat qui cohabite avec un fumeur aurait plus de risques de développer un lymphome (tumeur maligne du système lymphatique).

- Placer son panier dans un endroit à l’abri des courants d’air, loin des fenêtres et des portes si possible. 

- Et bien sûr, pensez à la vaccination pour protéger au maximum votre petit compagnon contre les virus tels que le coryza. 


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés

Ce site est protégé par reCAPTCHA, et la Politique de confidentialité et les Conditions d'utilisation de Google s'appliquent.