chat tigré allongé sur un lit

Point santé : tout savoir sur le diabète chez le chat

Le diabète est la maladie endocrinienne la plus répandue chez nos chats. Il touche des chats adultes, avec une prédominance chez les chats stérilisés, et avec un risque accru en cas de surpoids ou d'obésité.

Heureusement, il existe des traitements pour les chats, permettant d'équilibrer le diabète. Et comme mieux vaut prévenir que guérir, il est parfois possible de réduire les risques de diabète, en fournissant un mode de vie sain et une alimentation de qualité à son petit compagnon.

Qu'est-ce que le diabète sucré chez le chat ?

Le diabète sucré est une pathologie chronique qui résulte soit d'une insuffisance en production d'insuline d'origine génétique (on parle de diabète de type I), soit d'un défaut de sécrétion d'insuline associé à une insulinorésistance d'installation progressive (il s'agit alors d'un diabète de type II). Contrairement aux chiens, le diabète de type II est le plus répandu chez le chat, avec une représentation de 80% des cas. 

Le diabète sucré se caractérise par une teneur en glucose du sang trop élevée, de manière permanente, accompagnée de la présence de glucose dans les urines. Cette affection entraîne une augmentation de la glycémie conduisant à des lésions de divers systèmes, en particulier cardiovasculaire et nerveux.

Quels sont les symptômes du diabète chez le chat ?

On peut observer différents symptômes chez un chat atteint de diabète, avant le diagnostic de la pathologie :

  • Une augmentation de la soif, le chat boit plus d'eau et produit plus d'urine
  • Des infections avec fièvre, en particulier des infections urinaires
  • De la cataracte : le cristallin au centre de l'oeil du chat devient opaque
  • La plantigradie : le chat marche avec les pattes arrières à plat, au lieu de marcher sur le bout de ses doigts.

Le diabète peut entraîner des complications plus graves, comme une polyneupathie, des troubles cardiaques, une insuffisance rénale ou encore une acido-cétose chez le chat qui ne se nourrit pas. L'acido-cétose se caractérise par le présence de corps cétoniques dans le sang, l'urine et l'air expiré par le chat, qui peut avoir une odeur de pomme verte. En cas d'acido-cétose, il est impératif d'amener son petit compagnon de toute urgence chez le vétérinaire, qui lui administrera une injection d'insuline ou de glucose, et le mettra sous perfusion.

Le diagnostic puis la mise en place d'un traitement

Une seule prise de sang ne suffit pas à établir un diagnostic chez nos chats. En effet, on peut observer une légère hyperglycémie en cas de stress. L'hyperglycémie doit être évaluée par plusieurs prélèvements, qui seront effectués lorsqu'un chat est à jeun. 

Après le diagnostic du diabète, le vétérinaire prescrira des injections d'insuline, une ou deux fois par jour. Un ajustement des doses aura lieu dans un second temps. En parallèle, l'alimentation du chat devra être surveillée. Si l'injection d'insuline n'est pas possible, la mise en place d'un traitement à partir d'hypoglycémients oraux pourra avoir lieu.

diabete chez le chat

Le surpoids, un facteur de risque

Tout comme chez les humains, le surpoids et l'obésité représentent des facteurs de risque du diabète.

Un chat adulte, stérilisé, n'ayant pas accès à l'extérieur et ayant une faible activité physique sera plus facilement sujet au surpoids. Afin de prévenir le surpoids et l'obésité chez nos petits compagnons, on vous recommande d'opter pour une alimentation saine, pauvre en glucides et riche en protéines.

Un chat qui consomme une alimentation humide de qualité, aura un risque plus faible d'être en surpoids, et un risque quasi nul de souffrir d'obésité, en comparaison à un chat nourrit aux croquettes. La pâtée répond bien aux contraintes environnementales des chats adultes stérilisés et sédentaires, qui sont plus souvent sujets aux pathologies telles que le surpoids, l'obésité et les calculs urinaires.

De plus, si un chat est obèse et diabétique, traiter l'obésité permet dans 50% des cas, selon l'alimentation, de faire disparaître la pathologie ! Une alimentation saine associée à la stimulation physique et mentale, est la meilleure manière d'aider son chat à perdre du poids et à se sentir bien dans ses pattes. 

Selon l'étude d'Öhlund, réalisée en 2017, ils existeraient d'autres facteurs de risques. Ainsi certaines races seraient plus sensibles au diabète, c'est le cas par exemple du Burmese et du Norvégien. D'autres, semblent moins à risque, comme le Persan et le Sacré de Birmanie. Les résultats montrent également que le fait d'être un chat mâle, et d'avoir reçu un traitement à base de corticoïdes sont des facteurs de risque du diabète sucré.

Diabète et amidon : un lien probable ?

Nos chats sont des carnivores stricts dont l'alimentation, dans la nature, est constituée de proies riches en protéines. Ils n'ont pas un organisme adapté pour digérer et métaboliser de grandes quantités de glucides, et leur choix se porte d'ailleurs naturellement vers des aliments pauvres en glucides.

Il serait suggéré que les aliments riches en glucides, comme l'alimentation sèche industrielle, puissent augmenter la demande en sécrétion d'insuline, et donc prédisposer au développement du diabète sucré. On retrouve des quantités d'amidon, variables mais non négligeables, dans les aliments industriels pour deux principales raisons : 

  • Une quantité minimale (environ 10-15%) est indispensable au processus d'extrusion dans la fabrication des croquettes.
  • Les protéines animales sont plus rares et coûteuses

C'est pour garantir une bonne santé à nos amis félins, que nous avons imaginé des recettes pauvres en glucides et sans amidon Car si l'amidon est indispensable pour fabriquer un aliment sec, il ne l'est pas pour fabriquer un aliment humide.