Mon chat ne mange plus : pourquoi et que faire ?

Mon chat ne mange plus : pourquoi et que faire ?

Votre petit chat ne mange plus ? Il boude sa gamelle, même avec une délicieuse pâtée ? La perte d’appétit totale chez le chat est un problème à ne pas prendre à la légère. Elle peut être le signe d’une pathologie plus ou moins grave, surtout si elle est accompagnée d’autres symptômes. On fait le point.

Mon chat ne mange plus : quand s’inquiéter ?

Tout comme chez les humains, l’appétit chez le chat est fluctuant. Le chat peut un jour dévorer sa gamelle, et un autre ne manger que la moitié de ses croquettes ou de sa pâtée. Mais il arrive que certains chats cessent - parfois du jour au lendemain - de s’alimenter. Ils ne mangent plus du tout, refusant même la moindre petite friandise. Ils maigrissentperdent rapidement du poids.

Ce trouble alimentaire devient inquiétant s’il perdure plus de 2 jours. On parle ici d’anorexie. Un chat qui ne mange pas pendant plus de 48h risque une déshydratation sévère, des carences en nutriments essentiels à sa santé (présents dans sa nourriture) et, dans le cas où le chat est en surpoids, de développer une lipidose hépatique, aussi appelée maladie de “foie gras”. Mortelle, celle-ci se manifeste par des diarrhées, des vomissements ou encore une jaunisse localisée au niveau des oreilles, des yeux (blanc de l’œil) du chat et des muqueuses buccales.

Si votre chat ne mange plus, soyez donc très vigilant, d’autant plus que ce trouble peut être le signe d’une autre pathologie qu’il faut traiter rapidement.

Mon chat ne mange plus : quelles sont les causes ? Et que faire ?

Un chat peut cesser de manger pour de multiples raisons. Quelle que soit la cause, il sera important d’emmener votre poilu chez le vétérinaire.

Un changement de nourriture

Son refus de manger peut-être directement lié à sa nourriture. Le chat est un animal gourmand, mais aussi très gourmet, particulièrement exigeant quant au contenu de sa gamelle. Et le moindre changement peut en effet le rebuter. C’est ce que l’on appelle la néophobie.

Chez nos petits compagnons, nous distinguons deux catégories de mangeurs : les méfiants (néophobes) et les curieux (néophiles), ceux qui sont attirés par la nouveauté. Les néophobes sont plus nombreux, notamment chez les chats âgés dont les habitudes alimentaires s’affirment. Ils préfèrent une nourriture qui leur est familière, plutôt que de découvrir de nouvelles saveurs. La néophobie ne concerne pas uniquement les chats âgés, elle se manifeste aussi chez les chats qui ont peu été habitués à la diversité alimentaire au cours des premières semaines de leur vie.

Il faut savoir également que le chat est sensible aux caractéristiques physico-chimiques de son alimentation. L’odeur, le goût, la consistance et la température sont des critères importants dans l’acceptation de la nourriture.

Le chat préférera une nourriture à température ambiante ou proche de la température corporelle, entre 20° et 35°. Une pâtée sortie tout droit du frigo le rebutera certainement. N'hésitez pas à la réchauffer en y ajoutant une petite cuillère d’eau tiède.

Outre la méfiance et ses goûts particuliers, votre chat peut aussi avoir développé une aversion pour sa nouvelle alimentation. Celle-ci peut être causée par une mauvaise expérience : un changement de nourriture trop brutal peut en effet causer diarrhées et vomissements. L’ingestion étant associée à une expérience négative, il la refuse ainsi catégoriquement. Une fois, mais pas deux !

Si votre chat ne présente pas d’autres symptômes, la meilleure solution sera ici d’effectuer une transition alimentaire pour lui faire accepter sa nouvelle nourriture. Elle consiste à intégrer progressivement le nouvel aliment à l’alimentation habituelle de votre chat. Cette transition peut durer jusqu’à 3 semaines pour les plus réfractaires. On vous en dit plus dans notre article sur la transition alimentaire.

Pensez également à mettre la gamelle de votre chat dans un endroit calme, loin de toute agitation humaine. Le passage des membres du foyer peut le stresser et l’empêcher d’aller se sustenter.

Le stress

Le stress est justement une autre raison probable. Un chat soumis au stress perd facilement de l’appétit. Votre chat ne mange plus car il est trop stressé. Pauvre minou 😿 Les sources du stress chez le chat sont multiples : déménagement, transport, voyage, visite chez le vétérinaire, arrivée d’un nouvel animal ou d’un enfant dans la famille, changement de meubles dans la maison, etc.

Pour aider votre chat à se détendre, il existe plusieurs astuces : vous pouvez lui faire des câlins (s’il le veut bien), jouer un peu plus avec lui, utiliser de la valériane ou encore lui mettre de la musique spéciale chat stressé. Il semblerait que nos félins soient particulièrement sensibles à la musique douce et relaxante.

À noter que le stress n’est pas un facteur à prendre à la légère. C’est notamment l’une des principales causes de la cystite chez le chat, un trouble urinaire qui se caractérise par une inflammation (avec ou sans infection) de la paroi de la vessie.

L’arthrose (la vieillesse)

Les chats sont aussi impactés par la vieillesse : ils peuvent souffrir d’arthrose. Les chats âgés peuvent avoir du mal à se pencher sur leur gamelle. N’ayant plus accès à cette dernière, ils ne mangent pas. Si votre chat va bien et aime sa nourriture, il suffira de placer sa gamelle un peu plus en hauteur 😺 Pour prendre soin de votre chat âgé, pensez également à lui donner une alimentation de qualité.

Un problème bucco-dentaire

Comme nous, les chats peuvent avoir des problèmes bucco-dentaires. Ils peuvent souffrir d’une gingivite chronique (inflammation des gencives), d’un abcès ou encore d’une dent cassée. Ces affections sont très douloureuses et rendent la mastication difficile. La gingivite est la plus fréquente, dont les symptômes se manifestent par des gencives très rouges, des saignements, une mauvaise haleine et une salivation excessive.

Inspectez donc la bouche de votre chat (si vous y arrivez), et consultez rapidement votre vétérinaire. Une fois ce problème de bouche résolu, votre petit chat retrouvera de l’appétit. Attention toutefois qu’il ne se jette pas trop rapidement sur sa gamelle ! Un chat qui engloutit trop vite sa nourriture risque tout simplement de la régurgiter (comme le chien d’ailleurs).

Point important : On entend souvent dire que les chats ont moins de problèmes dentaires quand ils mangent des croquettes que quand ils mangent des pâtées. Aucune étude n’a encore prouvé cette “promesse” !

Rappelons que la nourriture sèche est dure mais friable, et s’effrite simplement avec très peu ou pas du tout d’effet abrasif sur les dents. Les dents des chats ne sont pas non plus conçues pour croquer des croquettes, mais plutôt pour cisailler et déchirer de la viande. Enfin, précisons également que beaucoup de chats avalent en majorité leurs croquettes entières. Dire que les croquettes favorisent la santé dentaire des chats est donc absurde. Cela reviendrait à dire que les gâteaux secs sont aussi excellents pour nos dents.

Pâtée ou croquettes, aucune alimentation n’est plus favorable qu’une autre à la santé bucco-dentaire de nos chats. Il existe beaucoup de facteurs – connus et inconnus – qui contribuent à la mauvaise santé dentaire. Cela peut-être génétique, dû à un virus, ou tout simplement sur le fait que nos boules de poils ne se brossent pas les dents comme les humains.

L'hygiène bucco-dentaire chez le chat ne doit pas être négligée. Pour en savoir plus, on vous invite à lire notre article : pourquoi et comment prendre soin des dents de son chat. 

Une insuffisance rénale

Si votre chat ne mange plus, cela peut aussi être le signe d’une insuffisance rénale chronique. Cette pathologie se définit par un dysfonctionnement des reins, dont la fonction est d’éliminer toutes les toxines produites par l’organisme dans le sang (la créatinine et particulièrement l’urée).

La perte d’appétit fait partie des symptômes de cette maladie très fourbe qui, malheureusement, ne peut être guérie. Elle s’accompagne également d’une forte soif, de vomissements, d’une fatigue ou encore d’ulcères buccaux qui se caractérisent par une mauvaise haleine.

Si l’état de votre chat suspecte une insuffisance rénale, consultez alors rapidement votre vétérinaire qui, via des analyses sanguines et urinaires, pourra vous prescrire un traitement adapté.

Le coryza

Autre cause probable de la perte d’appétit chez le chat : le coryza, une affection des voies respiratoires hautes. Très contagieux, le coryza est causé par l’infection, simultanée ou non, de différents agents pathogènes, virus et bactéries, chacun générant des effets et des symptômes différents. Parmi eux : l’anosmie (perte d’odorat) et des ulcères de la langue et du palais. Cette altération de l'odorat et les ulcères peuvent entraîner une perte d’appétit ou des difficultés à manger chez le chat, allant parfois jusqu’à l’anorexie.

Une consultation chez votre vétérinaire sera aussi nécessaire. Si le coryza est avéré, il pourra vous prescrire un traitement adapté. Pour en savoir plus, n’hésitez pas à lire notre article sur le coryza chez le chat.

Un problème gastro-intestinal

Si votre chat ne mange plus, il peut souffrir d’un problème au niveau de son système digestif. Cela peut être dû à la présence d’un corps étranger (une ficelle, un jouet) qu’il n’arrive pas à expulser naturellement, ou de boules de poils qui peuvent irriter son estomac. Ces amas appelés "trichobézoards" peuvent par ailleurs provoquer une occlusion intestinale. D’où l’importance de brosser régulièrement son chat, surtout lorsqu’il est en période de mue.

Sa perte d’appétit peut également être le signe de parasites intestinaux, d’une maladie inflammatoire chronique de l'intestin (MICI) ou encore d’une pancréatite, une inflammation du pancréas. L’origine de cette pathologie reste souvent inconnue mais elle peut être déclenchée par la prise de certains antibiotiques ou être due à une infection virale ou bactérienne.

Une péritonite infectieuse

Encore plus inquiétant ; un chat qui ne mange plus peut signifier une péritonite infectieuse (PIF). Cette maladie, causée par une mutation d’un Coronavirus intestinal, touche essentiellement les très jeunes chats et les chats âgés de plus de 10 ans.

La PIF (maladie toutefois assez rare) se présente sous deux formes : humide et sèche. La forme humide se traduit par des épanchements liquidiens dans l’abdomen, provoquant des troubles digestifs comme des diarrhées et des vomissements, ou dans le thorax qui génèrent des difficultés respiratoires.

La forme sèche produit des lésions inflammatoires sur plusieurs organes, dont les symptômes diffèrent selon les zones touchées. Elle peut se caractériser par une jaunisse lorsque le foie du chat est atteint, une hémorragie de la rétine, des convulsions ou des tremblements quand le système nerveux est touché.

Qu’elle soit humide ou sèche, la péritonite se caractérise (tout au début de la maladie) par une perte d’appétit, de poids et de la fièvre.

À la lecture de cet article, on a dû vous stresser un peu (voire beaucoup). Mais un chat qui ne mange plus n’est pas anodin. Nous l’avons vu ensemble, les causes peuvent être multiples et plus ou moins graves. Mais rassurez-vous : lorsque la raison est identifiée et prise à temps, tout rentre généralement dans l’ordre. Votre petit chat retrouvera son appétit.

Pour un chat en bonne santé et bien dans ses pattes, vous pourrez d’ailleurs compter sur nos pâtées et croquettes 😻 Chez Ziggy, nos chats on les aime comme des membres de notre famille, et on les nourrit en conséquence avec ce qui se fait de mieux pour leur santé. Toutes nos recettes ont été formulées par le Dr Vétérinaire Géraldine Blanchard, experte en nutrition féline.